RALLUMONS LE FLAMBEAU DE LA RÉVOLUTION CITOYENNE !

13 Déc 2020 | Regards Constituants

Avec ce second article d’une série appelée « Regards constituants », nous vous invitons à découvrir des textes plus personnels, qui sans parler au nom du MCP, expriment avant tout des envies, des pensées qui motivent certains de nos membres.
Bonne lecture !

L’ordre social est le fruit d’un rapport de forces au sein de la société. 

Actuellement le pouvoir appartient à la haute finance mondialisée : actionnariat privé, fonds de pension et d’investissement, hedge funds, banques d’affaires, trading à haute fréquence, multinationales, marchés financiers, traités de libre échange, etc.

Gouvernements et Parlements, ne vous y trompez pas, sont ses valets et déclinent en lois et décrets un environnement favorable aux intérêts de la haute finance.

Comment est-ce possible ?

Ce n’est pas nouveau. Depuis 1795, année qui vit le Directoire détruire les nouveaux droits démocratiques que la Constitution de l’An I promettait aux français, ces valets se sont auto-attribué l’exercice du pouvoir dans la Constitution et arrogés seuls le droit de l’écrire et de la réviser.

Et depuis le peuple, jamais consulté, et qu’on ne peut donc suspecter d’y être favorable, subit cet ordre légal, économique et social injuste qui l’écrase et l’asservit à un système qui n’est pas conçu pour lui et insulte sa condition humaine.

La révolution de 1789 a été confisquée par une caste de députés et ministres félons oeuvrant en sous-main pour le capital et ayant pour mission de substituer la bourgeoisie marchande à la monarchie tout en prétendant émanciper le peuple. Ils tiennent encore les rênes du pays à ce jour.

Ce n’est pas une fatalité

Nous ne sommes pas les héritiers d’une forfaiture bourgeoise mais plutôt celle des sans-culottes et des bonnets phrygiens. 

Comme eux, NOUS SOMMES LE NOMBRE. Celui qui produit la richesse et fait marcher l’économie, celui qui permet aux services publics de fonctionner par la contribution à l’impôt.

Il ne tient qu’à nous d’en prendre conscience et d’aller aux sources qui fondent et organisent l’ordre légal de ce pouvoir destructeur de la planète, des espèces et des hommes : la CONSTITUTION.

Ne laissons pas une clique autoproclamée et déconnectée nous dicter comment nous devons faire société, gérer NOTRE économie et voter NOS lois, sans jamais rendre de comptes, en toute impunité.

Nous sommes plus que NOMBREUX et LÉGITIMES pour leur prendre le stylo des mains et ACCOMPLIR NOTRE DESTIN COMMUN.

NOUS SOMMES LE NOMBRE. EXIGEONS L’EXERCICE CONCRET DE NOTRE SOUVERAINETÉ.

INFILTRONS LA BRÈCHE : L’ARTICLE 89 DE LA CONSTITUTION.

Demo Kratia, membre du MCP.

Autres articles

La newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir les actualités importantes du MCP par mail.

Accepter les cookies de ce site dans ce navigateur ? En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer